PINOCCHIO

PINOCCHIO

Pinocchio, en Toscan du XIXe siècle, signifie petit pinon, mais dans la langue du créateur italien, Carlo Collodi, cela signifie « petit crevard ».

J’ai grandi avec Pinocchio et la version cinématographique de Commencini.
Mais Pinocchio est-il vraiment un conte pour enfants ?
Je n’en suis pas sûr.
En revanche, ce qui semble évident c’est que les thématiques de ce conte, entre rêve et réalité, mensonge, vérité et manipulation, le rendent extrêmement contemporain.

Pinocchio est un enfant sans mère. Il est l’archétype de l’enfant rêvé : désiré par dessus tout et fabriqué sur mesure par son « géniteur » pour combler sa solitude de veuf.
Ce conte préfigure les parentalités modernes rendues possibles après la mort ou en l’absence de l’un des deux géniteurs, aux confins de l’adoption et des procréations médicalement assistées.

Pinocchio est un enfant improbable, né d’un deuil impossible, celui de Gepetto pleurant sa femme morte prématurément sans lui avoir donné d’enfant.
Gepetto, triste et solitaire, sculpte l’enfant que sa femme et lui n’ont jamais eu et souhaite l’éduquer à son image.
Mais comme dans la réalité, rien ne se passe complètement comme prévu.

Téléchargez le dossier iciDécouvrez toutes les dates

Pinocchio est un végétal, un arbre qui résonne comme un animal. Il réunit ces deux pôles qui sont en nous. Les métamorphoses qu’il subit sont incontournables pour trouver ça vraie « peau ».
Il y a là matière évidente à chorégraphier.

À partir du texte de Collodi, il s’agira de trouver la gestuelle adaptée au caractère de chaque personnage.
À l’inverse de mes précédentes pièces, la danse se construira dans l’intimité des relations entre les personnages et non par le groupe.

Fidèle à ce qui caractérise mes chorégraphies, j’associerai le mouvement à l’image.
La camera sera au plus près des danseurs, que ce soit en direct sur le plateau ou par le biais d’images projetées.
Tel un œil supplémentaire, elle contribuera à donner du relief aux différents caractères et ira chercher la vérité de l’action dans le détail.

Je souhaite explorer cette création avec la participation d’un public amateur.
En effet les thématiques qui traversent ce conte sont au cœur de la famille moderne et je souhaite pouvoir la sonder au plus proche de la réalité.
Pour cela, un travail sera mené en amont et durant la période de création avec les habitants de la Région Hauts-de-France à travers différents dispositifs :

UN LABORATOIRE CHORÉGRAPHIQUE
En étroite collaboration avec le Centre Chorégraphique National de Roubaix et de la Scène Nationale de Maubeuge, je souhaite rassembler une quarantaine d’adolescents afin de les faire travailler sur les thématiques du désir d’enfant, de la transmission et de l’éducation, du mensonge et de la trahison.

LA RÉALISATION D’UN COURT MÉTRAGE
Ce court sera présenté en introduction de chaque représentation. Les adolescents ayant participé au laboratoire chorégraphique seront filmés afin d’être intégrés à la création via ce court métrage.

LES PORTES OUVERTES
Afin de prolonger le spectacle le public pourra assister à des temps de répétition, découvrir le processus de création et ses ingrédients.

LES BORDS DE SCÈNE
Ils seront l’occasion à l’issue des représentations d’un temps d’échange privilégié avec le chorégaphe sur la création.

Téléchargez le dossier iciDécouvrez toutes les dates

L’ISOLA

L’ISOLA

L’ISOLA
Pièce pour 8 danseurs
Deuxième volet du diptyque sur la Méditerranée après Catania Catania
Création le 15 novembre 2019 au Théâtre du Manège – Scène Nationale de Maubeuge

Emilio Calcagno poursuit son enquête dédié à la Méditerranée. Il questionne à nouveau l’identité de cette île volcanique maintes fois colonisée, il cherche à comprendre sa place dans l’Europe d’aujourd’hui, dans une période qui voit disparaître l’époque Berlusconienne et déferler une vague de populisme. Par qui est-elle gouvernée l’Italie d’aujourd’hui? Quel rôle joue-t-elle dans cette Europe qui se décompose? 
En échos à l’univers du cinéaste Pier Paolo Pasolini dans la première partie de la pièce, les interprètes évoluent dans une Italie aux odeurs fascistes, un pays aussi décadent qu’inquiétant.  Sous forme de satire, cette création prend la couleur d’une comédie à l’Italienne aux références cinématographiques Fellinienne en deuxième partie.

Coproduction: Théâtre du Manège – Scène Nationale de Maubeuge, CCN de Rubaix – Ballet du Nord, la Chapelle Sainte Marie / Compagnie Baraka, Viagrande Studios – Sicilia

En savoir plus : ici

Teaser:

 

 

Les spectacles en tournée

Les spectacles en tournée

Les quatre saisons ou le mariage du loup
Créé en avril 2018 à L’Opéra de Tunis (pièce pour 13 danseurs)
Production et commande du Ballet de l’Opéra de Tunis à l’occasion de l’inauguration du Pôle Ballets et Arts Chorégraphiques de la Cité de la culture

A l’origine de ce projet, il y a ce fameux Printemps tunisien qui a essaimé partout dans le monde arabe.
Il y a aussi la question des saisons qui, en Tunisie, n’a pas la même signification qu’en Europe car elle « touche à des questions plus intimes : les saisons du coeur, de la vie, le mélange des émotions…».
Ici, le printemps devient musical et dansant.
Les saisons sont un voyage chorégraphique dans une Tunisie en plein changement au cours duquel les corps évoluent.

En savoir plus : ici

Les Petites histoires de …
Librement inspiré de la triste fin du petit enfant huître et autres histoires de Tim Burton
Un projet de Emilio Calcagno / ECO avec Anthony Egea, Kaori Ito, Kettly Noël

Ces petits contes aigres-doux nous plongent dans un monde complètement déjanté, surréaliste qui laisse filtrer une critique acerbe de nos travers humains. Tout y est question d’échange, de détournement et de déplacement.
Le noir et la couleur, la cruauté et la tendresse, le goût macabre et la poésie s’y mêlent en même temps et sur un même plan à tel point que l’on ne peut plus les dissocier. C’est ce qui fait la beauté de ces histoires.

En savoir plus : ici